Le métier de journaliste : pas toujours facile

Chaque matin, quand on va au travail, on a l’habitude d’acheter un journal et de nous informer sur tout ce qui se passe dans toute la planète. Cependant, faire paraître ces nouvelles n’est pas si facile et cela présente même des risques pour les journalistes, sans compter qu’il y a les anonymats à garder et les censures de presse pour quoi les reporters sans frontière se battent encore pour la liberté de la presse. Mais en imaginant que si nous ne recevons pas les journaux pendant juste une semaine et que nous somme coupés de toute communication externe de ville en ville. En un mot « esclave » nous serrons des esclaves de l’ignorance et avec l’ignorance, il faudrait compter qu’on est faible et très vulnérable. Alors, il ne faudrait pas attendre que nous soyons coupés du monde pour donner libre cours au journalisme.

Les censures journalistiques

jornaliste

Concernant la liberté d’information, les journalistes ont été toujours en quête de la liberté d’informer et d’expression et ce, sans avoir la censure. Les Reporters Sans frontière, « R.S.F » fondé en Montpellier par quatre journalistes en 1985, qui ont pour devise «Sans une presse libre, aucun combat ne peut être entendu ». Pour l’occasion de la journée mondiale contre le cyber censure, le 12 Mars de cette année, les R.S.F publieront le rapport 2014 des « Ennemis d’internet ». Dans le cadre du FIFDH et en rapport à cette journée, il y aura deux Workshops ayant pour thème l’anonymat des communications, la sécurité des données et la protection des sources pour le 13 et 14 Mars. Par cela, il ya toujours un genre d’oppression qui pèse sur les journalistes, concernant la liberté d’informer. Cependant, le métier de journaliste n’est pas si facile que l’on ne l’imagine et reste un métier avec contrainte.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.